18 septembre 2008

On s'ennuie jamais quand on est parano - la vérité sur le 11 septembre (4e partie)

Désolé pour le retard; disons que ça l'a été un peu plus long que prévu. Ceci est la quatrième partie d'une série de quatre: pour les trois premières, cliquez ici: 1ère partie, 2ème partie, 3ème partie

Ceux d'entre vous qui ont eu le courage de me suivre jusqu'à maintenant – et j'imagine qu'il y en a pas des masses – doivent commencer à avoir légèrement la migraine à essayer de figurer qui a fait quoi où à qui et qui a encaissé le chèque. Pour tout vous dire, vous n'êtes pas seuls. Je vais donc tenter de résumer le tout dans une chronologie détaillée de la conspiration du 11 septembre.

  • ? – quatre Boeing peints aux couleurs des deux compagnies aériennes décollent d'une piste dont l'identité reste inconnue; ce sont les doubles de quatre des avions piratés; trois d'entre eux sont équipés de missiles; un cinquième avion, un A-10 Thunderbolt spécialement modifié pour le combat air-air et repeint en blanc pour simuler un jet privé, décolle également; il sera le double du vol 93
  • 07:00 à 07:45 – à l'aéroport Logan de Boston, trois des cinq pirates du vol 11 sont sélectionnés pour un examen de sécurité; à l'aéroport de Newark au New-jersey, un des pirates du vol 93 est sélectionné; à l'aéroport Dulles de Washington, deux des pirates du vol 77 sont sélectionnés après avoir déclenché l'alarme du détecteur de métal.
  • 07:59 – départ du vol American Airlines 11 de Boston
  • 08:14 – début du piratage du vol 11
  • 08:14 – départ du vol United Airlines 175 de Boston
  • 08:19 à 08:44 – les conspirateurs appellent American Airlines en se faisant passer pour Betty Ong, une assistante de bord du vol 11
  • 08:20 – départ du vol American Airlines 77 de Washington
  • 08:20 à 08:44 – les conspirateurs appellent le service de vol de American Airlines en se faisant passer pour Amy Sweeney, une assistante de bord du vol 11
  • 08:24 – le vol 11 change de cap et se dirige vers New-York; les conspirateurs envoient deux messages radio en se faisant passer pour Mohammed Atta, un des "pirates"
  • 08:26 – le manager du service de vol de la American Airlines, Michael Woodward, identifie trois des pirates du vol 11 grâce aux numéros de siège fournis par la fausse Amy Sweeney
  • 08:30 – le vol 11 et son double se rencontrent et échangent leurs signatures radar
  • 08:34 – les conspirateurs envoient un troisième message radio en se faisant passer pour Atta
  • 08:37 – les conspirateurs contactent un contrôleur en se faisant passer pour l'équipage du vol 175 et "confirment" le contact visuel avec le vol 11
  • 08:37 – NORAD donne l'ordre de déployer des chasseurs pour intercepter le vol 11
  • 08:42 – départ du vol United Airlines 93 de Newark
  • 08:42 – début du piratage du vol 175
  • 08:44 – le pilote du vol 583 de la US Airlines reçoit un bref signal d'un émetteur locateur d'urgence (ELT), possiblement du vol 175 ou du vol 11
  • 08:46 – le vol 77 et son double se rencontrent et échangent leurs signatures radar
  • 08:46 – le double du vol 11 s'écrase dans la tour nord du WTC une fraction de seconde après avoir lancé son missile
  • 08:48 – CNN interromps sa programmation et débute sa couverture en direct
  • 08:51 env. – début du piratage du vol 77
  • 08:52 env. – les conspirateurs déposent le passeport pratiquement intact d'un des pirates du vol 11, Satam al Suqami, sur un trottoir des environs du WTC
  • 08:52 – deux F-15 décollent de la base de Otis pour intercepter le faux vol 11 sans savoir qu'il a déjà crashé
  • 08:52 – les conspirateurs appellent le centre de maintenance de la United Airlines à San Francisco en se faisant passer pour un agent de bord du vol 175 à l'identité incertaine, possiblement Robert Fangman
  • 08:52 – les conspirateurs appellent le père d'un des passagers du vol 175, Peter Hanson, en se faisant passer pour lui
  • 08:53 – le vol 11 atterrit à Harrisburgh
  • 08:53 – le vol 175 et son double se rencontrent et échangent leurs signatures radar
  • 08:54 – le double du vol 77 change de cap et retourne vers Washington
  • 08:55 – le vol 2315 de la Delta Air Lines évite de justesse une collision avec le vol 175; une autre collision est évitée avec le vol 542 de la US Airways
  • 08:56 – les contrôleurs aériens perdent le signal radar du double du vol 77
  • 08:57 à 09:32 – le Global Hawk rejoint le vol 77 et se met dans son sillage
  • 08:58 – le double du vol 175 change de cap et se dirige vers New-York
  • 08:58 – les conspirateurs appellent l'épouse d'un des passagers du vol 175, Brian Sweeney, en se faisant passer pour celui-ci; ils appellent également sa mère quelques minutes plus tard
  • 09:00 env. – trois F-16 interrompent un exercice et retournent à la base de Andrews
  • 09:00 – les conspirateurs appellent le père de Peter Hanson une seconde fois
  • 09:00 et après – Shafig ben Laden, le frère d'Osama, assiste à une conférence du Groupe Carlyle au Ritz Carlton de Washington
  • 09:00 et après – Mike Ballinger, répartiteur à la United Airlines, entreprends de lancer un avertissement à tous les avions de la compagnie
  • 09:01 – le vol 23 de la United Airlines annule son départ de l'aéroport John F. Kennedy à New-York; les pirates à bord protestent mais décident éventuellement d'avorter l'opération et de s'enfuir; le double du vol 23 va se perdre Dieu sait où
  • 09:02 – le vol 175 atterrit à Harrisburgh
  • 09:02 – le vol 93 et son double se rencontrent et échangent leurs signatures radar
  • 09:03 – le double du vol 175 s'écrase dans la tour sud du WTC une fraction de seconde après avoir lancé son missile
  • 09:03 – le chef du NYPD Joseph Esposito met la ville de New-York en état d'alerte maximum
  • 09:04 – la FAA cancèle tous les départs des aéroports des états de la Nouvelle-Angleterre et de celui de New-York
  • 09:06 – le président Bush est mis au courant du crash du vol 175
  • 09:07 – le vol 93 atterrit à Harrisburgh, et les passagers des vols 11 et 175 y sont transférés
  • 09:08 – la FAA étend l'interdiction de vol à toute la côte est des États-Unis
  • 09:08 à 09:13 – les deux F-15 de la base de Otis se mettent en attente au large de Long Island
  • 09:09 – le vol 77 atterrit à Harrisburgh; les passagers sont à leurs tours transférés à bord du vol 93
  • 09:09 et plus – les conspirateurs inondent les ondes de faux rapports de piratage d'avions afin de semer la confusion parmi les contrôleurs
  • 09:12 à 09:15 – les conspirateurs appellent les parents de Renee May, une assistante de bord du vol 77 et se font passer pour elle; ils les intoxiquent avec de nombreux renseignements contradictoires
  • 09:15 à 10:28 – une série d'explosions est entendue par deux employés coincés au 8ème étage du WTC7
  • 09:20 – les conspirateurs appellent le mari d'une passagère du vol 77, Barbara Olson, et se font passer pour elle. Le mari est Theodore Olson, solliciteur général au département de la Justice
  • 09:21 – le New York Port Authority ferme tous les ponts et tunnels de la ville
  • 09:24 – l'équipage du vol 93 reçoit l'avertissement de Mike Ballinger
  • 09:24 – les chasseurs de la base de Langley sont déployés
  • 09:25 – les deux F-15 de la base d'Otis arrivent finalement au-dessus de Manhattan et y établissent une patrouille aérienne
  • 09:26 – la FAA gèle tous les décollages à l'échelle nationale, et ordonne à tout vol (privé, commercial et même militaire) déjà dans les airs d'atterrir dans un délai raisonnable
  • 09:26 – la US Air Force passe en état d'alerte delta
  • 09:28 – début du simulacre de piratage du vol 93; l'entrée des pirates dans le cockpit est entendue par les contrôleurs de Cleveland
  • 09:29 – le président Bush émet ses premiers commentaires télévisés
  • 09:30 à 09:45 – les conspirateurs appellent trois fois l'épouse de Tom Burnett, un passager du vol 93 et se font passer pour lui
  • 09:30 – United Airlines ordonne à tous ses avions d'atterrir immédiatement; American Airlines fera de même à 09:35
  • 09:30 – trois F-16 décollent de la base de Langley et se dirige vers l'est au dessus de l'Atlantique
  • 09:31 à 10:06 – un vol privé, ExecuJet 956, repère le vol 93 et confirme le contact visuel et radio, et doit même manoeuvrer pour éviter une collision; il le suivra jusqu'au crash
  • 09:32 – les contrôleurs de l'aéroport Dulles retrouvent le signal du vol 77, sans se douter que son double ainsi que le Global Hawk le suivent de près
  • 09:32 – les conspirateurs transmettent un message radio en se faisant passer pour les "pirates" du vol 93
  • 09:34 à 11:45 – les conspirateurs brouillent le signal radio en provenance de Air Force One, empêchant le président Bush de contacter la Maison-Blanche
  • 09:35 – le double du vol 93 change de cap et se dirige vers Washington
  • 09:35 – les enregistrements de bord récupérés dans la boîte noire du vol 93 commencent maintenant
  • 09:35 à 09:41 – les conspirateurs appellent le centre de maintenance de la United Airlines à San Francisco et se font passer pour une assistante de bord du vol 93, Sandy Bradshaw
  • 09:36 – un E-4B du US Strategic Command décolle d'une base non spécifiée des alentours de Washington et survole le Pentagone afin de téléguider la trajectoire du Global Hawk
  • 09:36 – un C-130 qui vient de décoller de la base de Andrews s'approche du vol 77 afin de fournir au contrôleur un confirmation factice de la présence du vol 77; il sert également à fournir une distraction visuelle; après le crash, il mettra le cap vers Shanksville
  • 09:37 – le Global Hawk s'écrase dans le mur ouest du Pentagone pendant que le double du vol 77 passe par-dessus le Pentagone à l'insu de tous et poursuit sa route vers l'aéroport Ronald Reagan situé à un kilomètre plus loin
  • 09:37 à 10:03 – les conspirateurs appellent de nombreux parents et amis de passagers du vol 93 et se font passer pour eux, notamment Todd Beamer, Jeremy Glick et Mark Bingham
  • 09:38 – les conspirateurs renversent des lampadaires sur Washington Blvd
  • 09:38 – une escouade de pompiers de l'aéroport Ronald Reagan, qui intervenait à un accident automobile près de l'aéroport, est redirigé vers le Pentagone
  • 09:38 et après – les agents du FBI saisissent les enregistrements des caméras de sécurité dans les commerces avoisinant le Pentagone
  • 09:38 ou 09:45 – le directeur de l'agence anti-terroriste Richard Clarke demande des patrouilles aériennes au-dessus de toutes les villes majeures des États-Unis; toutefois ce n'est pas certain que cet ordre a été transmis partout
  • 09:39 env. – le double du vol 77 atterrit subrepticement à l'aéroport Ronald Reagan, où il est débité en morceaux
  • 09:39 – les conspirateurs transmettent un message radio en se faisant passer pour Ziad Jarrah, un des "pirates" du vol 93
  • 09:41 – l'unité 105 de l'Arlington County Fire Department arrive au Pentagone
  • 09:42 env. – le E-4B revient au-dessus de la Maison-Blanche et fait quelques cercles autour
  • 09:45 – le vol 93 décolle de Harrisburgh
  • 09:45 – l'espace aérien américain est fermé: tous les vols internationaux sont détournés
  • 09:47 – les conspirateurs enclenchent le processus de démolition contrôlée de la tour sud en provoquant l'affaisement de quelques étages aux environs du 90ème
  • 09:47 – les conspirateurs se faisant passer pour Jeremy Glick annoncent à son épouse que les passagers passent au vote pour décider de la révolte
  • 09:49 env. – après un long détour au-dessus de l'Atlantique, les F-16 de la base de Langley atteignent finalement Washington
  • 09:50 à 10:15 env. – les conspirateurs éparpillent les débris du double du vol 77 aux alentours du Pentagone; ils franchissent le cordon de sécurité et se faufilent entre les anneaux "B" et "C" du Pentagone pour y déposer des morceaux du cône de nez et du train d'atterrissage du Boeing; ils déposent quelques corps calcinés encore attachés sur leurs sièges à l'intérieur du bâtiment; ils tentent également de faire disparaître toutes trace du Global Hawk
  • 09:55 – le président Bush décolle à bord de Air Force One de Sarasota sans destination précise; il tourne en rond au dessus de la Floride
  • 09:52 – deux pompiers atteignent le 78ème étage de la tour sud et ne rapporte que deux feux isolés par radio
  • 09:58 – les conspirateurs se faisant passer pour Todd Beamer annoncent le début de la "révolte" à bord du vol 93 à une superviseure du service aux consommateurs de la GTE ("let's roll")
  • 09:58 – le vol 93 est abattu par son double, qui poursuit sa route Dieu sait où
  • 09:58 à 10:06 – les conspirateurs simulent la lutte entre les pirates et les passagers sur les radios des contrôleurs ainsi qu'aux téléphones de nombreux parents et autres interlocuteurs de différents passagers, grâce à une mise en scène savamment orchestrée
  • 09:59 – les conspirateurs déclenchent une bombe au rez-de-chaussée de la tour sud du WTC; le 82ème étage s'affaise et entraîne l'effondrement contrôlé de la tour
  • 10:03 – le vol 93 s'écrase dans une ancienne mine à ciel ouvert en Pennsylvanie
  • 10:05 et après – les conspirateurs rassemblent les restes des passagers des vols 11, 175 et 77 sur le site de l'écrasement du vol 93 et les ramènent au WTC et au Pentagone
  • 10:06 env. – le directeur de la CIA George Tenet reçoit finalement les manifestes des passagers après de nombreuses tracasseries bureaucratiques
  • 10:08 – le C-130 en provenance du Pentagone parvient au site du crash du vol 93 pour de nouveau confondre les témoins
  • 10:10 env. – le vice-président Cheney autorise l'abattage du vol 93, ignorant apparemment qu'il a déjà crashé
  • 10:10 – l'état d'alerte des forces militaires passe à Defcon 3
  • 10:15 – la façade de la section endommagée du Pentagone s'effondre
  • 10:20 – à bord de Air Force One, le président Bush dit au vice-président Cheney qu'il a autorisé le tir sur tout avion suspect si nécéssaire
  • 10:28 – les conspirateurs provoquent un séisme localisé à la base de la tour nord du WTC, puis déclenchent une bombe au rez-de-chaussée; le 98ème étage s'affaise, provoquant la démolition de la tour
  • 10:31 – La FAA réautorise les vols militaires et policiers
  • 10:35 – Air Force One met finalement le cap vers la base de Barksdale
  • 10:38 – les F-16 de la base de Andrews sont redéployés, après leur retour d'exercice
  • 10:42 – deux F-16 décollent de la base de Hancock
  • 10:45 – le major Gibney qui est en fait un lieutenant-colonel décolle de Fargo, N.D. en direction de Bozeman, Mont. afin de servir de bouc-émissaire pour l'abattage du vol 93
  • 11:45 – Air Force One atterrit à la base de Barksdale en Louisiane
  • 10:50 – un fermier de la région survole le site du crash du vol 93 à bord d'un Cessna
  • 12:00 (env.) et après – le sénateur John McCain (R) multiplie les entrevues télévisées; il y déclare invariablement la nécessité de répliquer non seulement en Afghanistan, mais en Iraq, en Iran et en Syrie; il déclarera lors d'une entrevue à CNN quelques jours plus tard: «il est évident que l'Iraq vient en tête de liste»
  • 12:15 (env.) – tout l'espace aérien des États-Unis est enfin vide de tout traffic privé ou commercial
  • 17:20 – effondrement du 7, World Trade Center
  • 20:00 ou après – les vols 175 et 11 décollent de Harrisburgh par contrôle à distance et sont dirigés vers l'Océan Atlantique pour y être envoyés par le fond

Bon, c'est raté, c'est encore plus emberlificoté qu'avant. C'est pire que le noeud Gordien cette histoire-là.

De toutes façons, ça ne change rien. Évidemment, c'est passablement spéculatif, et il y a de nombreux détails qui pourraient varier: on pourrait très bien par exemple remplacer le Global Hawk par un missile AGM-86D dans notre scénario, ce qui aurait le mérite d'être plus consistant avec la largeur du trou vu qu'un Global Hawk est à peine moins large qu'un Boeing. Ou encore, on pourrait très bien imaginer que les passagers et équipages des avions n'ont en fait jamais existé, que leur identité a été inventé out of the blue et que des acteurs amateurs ont été engagés pour jouer le rôle des familles éplorées.

Mais peut importe les variations, l'idée de fond demeure la même: jamais dans l'histoire de l'humanité un groupe de conspirateurs n'a dépensé autant d'énergie et de ressources, impliqué, soudoyé ou berné autant de personnes, conçu un plan aussi tordu et alambiqué autant dans sa conception que son éxécution. Le nombre d'agences officielles qu'il a fallu faire entrer dans le complot, les sommes colossales qu'il a fallu investir (vous savez combien ça coûte un Boeing?), les milliers, voire les millions d'heures de préparation (imaginez-vous en train de limer les numéros de série sur les deux millions de pièces d'un Boeing), le véritable Mont Everest de paperasse gouvernementale qu'il a fallu retrouver et faire disparaître, sans parler de toutes les autorisations, clairances et permis qu'il a fallu obtenir pour y accéder... jamais un complot n'aura tant mis en oeuvre pour finalement accomplir si peu.

Et je souligne "si peu". Si vous pensez que je déraille en qualifiant 2700 morts et une douzaine de bâtiments détruits de "si peu", je tiens à vous rappelez que trois fermiers, opérant avec un budget qui atteignait à peine les cinq chiffres, ont réussi à tuer 168 personnes et détruire un building de 10 étages à Oklahoma City en 1995; si Tim McVeigh avait eu accès à ne serait-ce que le prix de vente d'un Boeing 757, je n'ai aucune difficulté à croire qu'il aurait été capable de rayer de la carte la ville au complet.

Quant à la conspiration du Reichstag... ah! Parlons-en du Reichstag: quelques conspirateurs nazis menés par Hermann Göring contactent un activiste politique communiste désoeuvré, Martin Van der Lubbe, feint de se lier d'amitié avec lui et finissent par implanter dans son cerveau quelque peu confus que ce serait une bonne idée de mettre le feu au Parlement; ils lui ouvrent les portes, et pendant qu'il court dans la Chambre des Communes vont répandre de l'essence dans le sous-sol. Et c'est tout. Budget total de l'opération... ben, combien ça coûtait un bidon d'essence en Allemagne en 1933?

Six jours plus tard, le Parti Nazi remportait les élections, et grâce à la disparition du Parti Communiste s'assurait de la majorité. Le mois d'après, Hitler s'assurait du pouvoir absolu en suspendant la constitution. Si l'intention de départ des conspirateurs du 11 septembre était d'instaurer un régime fasciste, le moins qu'on puisse dire c'est que les nazis auraient une chose ou deux à leur apprendre: dans un régime totalitaire il y aurait belle lurette que le parti Démocrate aurait été dissous et ses dirigeants arrêtés ainsi que toute l'équipe du Washington Times, sans parler de tous ces joyeux drilles à la Jon Stewart ou Stephen Colbert qui casseraient des roches dans un camp de concentration depuis des lustres.

Non, je n'en démords pas: l'intention des conspirateurs, le mode d'opération se sont depuis le début conformé à la lettre à la devise pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Il est évident que tout le plan n'a jamais constitué un moyen, mais bel et bien un but en soi. Jamais on pourra me convaincre qu'une organisation clandestine qui avait assez de pouvoir et d'influence pour détourner 1.3 trilliard (oui, 1300 milliards) de dollars de la plus puissante organisation au monde aie pu ne serait-ce qu'une seconde s'imaginer qu'il était nécéssaire de tout dépenser dans un plan aussi rocambolesque afin de prendre un pouvoir qu'en fin de compte ils possédaient déjà de façon effective.

Seuls Rube Goldberg et ses disciples se conforment à la psychologie qui expliquerait de façon satisfaisante les comportements et actions des conspirateurs. La conclusion finale est selon moi inévitable: la conspiration du 11 septembre était une machine Rube Goldberg.

P.S.: On me dit que Rube Goldberg est mort en 1970, soit 31 ans avant ces événements. Comme ça tombe bien: un alibi en béton! Quand je vous disais qu'ils ont vraiment pensé à tout... Si vous vous imaginiez que vous iriez me piéger avec ça, vous l'avez dans le cul: en ce qui me concerne, ça ne fait que renforcir ma conviction. D'ailleurs, qu'est-ce qui vous dit qu'il ne vit pas quelque part sur une île déserte? Pile je gagne, face tu perds: bienvenue dans le monde fascinant du conspirationnisme.

5 niaiserie:

Anonyme a dit...

Superbe roman ! A développer !

silexmt a dit...

Ben, là, à développer... tout a été dit me semble. En rajouter serait superflu.

olivier a dit...

Merci. Sincèrement.
Quand j'entends dire qu'un tiers des français ou des américains pensent qu'il y a eu un complot, pour des évènements historiquement si frais, je me dis que dans 20 ans, il y en aura 80%. çà fait peur.
J'ai des amis que je qualifierai d'intelligents ou cultivés qui mettent çà en doutent, et imaginent qu'on a dynamité le WTC (mais bon! pourquoi?).
Alors ce blog, c'est rassurant.

silexmt a dit...

D'un autre côté, même la version officielle est d'une certaine façon une théorie de la conspiration.

Et si toute cette sous-culture de 911 truthers et de leurs missiles était en fait une conspiration destinée à détourner l'attention du public de la véritable histoire? Noir est blanc, blanc est noir, we're through the looking glass people.

Bon, faut que j'y ailles, il y a des gentils monsieurs qui viennent d'entrer, ils veulent que je les suivent à leur bureau pour me poser des questions. Ça va, pas d'inquiétudes à se faire, c'est une simple vérification de routine, ils me l'ont dit oouch! j'ai dit que je m'en venais, c'est-tu vraiment obligé le taser?

Anonyme a dit...

Et pourtant...C'est à peu près cela qu'il s'est passé à quelques détails près...Et si vous ne voyez pas pourquoi ils ont fait tout cela,pourquoi ils ont détruit le WTC,l'aile du Pentagone etc... c'est que vous ignorez totalement ce qu'est un coup d'Etat mené par un Groupuscule Fasciste avide de pouvoir et souhaitant contrôler la population par la peur! Ou bien,c'est que vous êtes encore plus stupides que vous en avez l'air!!!!!

Maintenant,dire qu'ils ont râté leur coup est d'une bêtise folle! Au contraire ils ont tout gagné: Ils contrôlent les masses par la peur,ont restreint les libertés individuelles de chacun,ont envahi l'Irak et l'Afghanistan en prenant au passage le contrôle du trafic de l'Opium,les ventes d'armement du complexe Militaro-industriel US qui depuis le 11 Septembre se frotte les mains.Ainsi,ils peuvent tranquillement continuer leurs basses besognes en mettant certaines de leurs actions présentes ou futures sur le dos d'Al-Qaïda qui je dois le dire,est le Bouc-émissaire par excellence!

Alors arrêtez de faire comme si vous ne compreniez pas les tenants et aboutissants de tout cela,c'est vraiment ridicule!

La seule chose que je comprenne et qu'il faudra prendre en compte lorsque la vérité éclatera,c'est de savoir qui sont vraiment les USA: Un Ange se faisant l'apôtre de l'équilibre du Monde ou bien,un Démon qui jusque là avançait masqué et qui aujourd'hui et depuis le 11 Septembre 2001,commence à tomber le masque!

Le vrai Satan,le Mal le vrai,celui qui avance pas à pas et masqué n'est peut-être pas celui que l'on croyait...

Publier un commentaire

(parodie) Annonces iglou iglou iglou

Quoi, vous en voulez encore?